Attention HOAX : la journée de retrait de l'école

En ce moment circulent des sms inquiétants, assurant qu'à la rentrée 2014 seront enseignées des pratiques sexuelles dès 3 ans (avec démonstrations à l'appui) et demandant aux parents de ne pas mettre leurs enfants à l'école 1 jour par mois pour protester contre cet enseignement.

 

Passé le moment d'hébétude que provoque en général ce genre d'information, nous ne pouvons que réagir vertement contre ce type de rumeurs, infondées et dangereuses.

Elles peuvent ébranler la confiance que nous avons envers l'Education Nationale en général et les enseignants, en particulier.

 

Ces fausses informations (vérification faite auprès des enseignantes de la maternelle Charcot) proviennent d'une rumeur sur l'enseignement de la "théorie des genres" qui se ferait en primaire; théorie selon laquelle on ne naîtrait pas "garçon" ou "fille" et que l'identité sexuelle ne serait pas déterminée uniquement par le sexe biologique, mais serait également influencée par la société.

 

Le ministère de l'Education Nationale a bien reçu un rapport en juillet dernier constatant qu'il subsistait encore trop de stéréotypes sur les genres masculins (sur-représentés dans les manuels scolaires, préférant la vitesse, l'action) et féminins (sous-représentés dans les ouvrages scolaires ou destinés aux actions plus douces, affectives). Il a alors été proposé de mettre en place des ateliers destinés à faire tomber les idées reçues sur les garçons et les filles.

 

"L'objectif de programmes comme l'ABCD de l'égalité est de remettre en question les normes qui font que chaque sexe adopte, dès le plus jeune âge, un certain comportement. Par exemple, les filles, encouragées à jouer à des jeux plus doux, sont plus sages alors que chez les garçons, il est considéré comme normal qu'ils soient plus turbulents.

Par la suite, elles se tournent davantage vers les métiers de soins peu qualifiés et moins payés, elles délaissent les filières scientifiques malgré de bons résultats scolaires, ce qui perpétue la division traditionnelle des rôles…

Lutter contre ces réflexes dès le plus jeune âge pourrait effectivement changer les choses. L'objectif est d'ouvrir le champ des possibles aux deux sexes afin de leur donner les mêmes chances ultérieurement. Pas de les encourager à changer de sexe ou à "choisir" une orientation sexuelle qui, même si elle est assumée, ne relève jamais d'un choix." (Le Monde Société - Article de Gaëlle Dupont).

 

A lire également: Eduscol - les enjeux de l'égalité fille/garçon.

Communiqué du CDPE des Yvelines concernant l’offensive contre les "ABCD de l'égalité" et la "théorie du genre"

Image extraite des "P'tits philosophes" Pomme d'Api.

 

Conclusion: n'empêchez pas vos enfants d'aller à l'école même un seul jour car ils y perdront une bonne occasion d'apprendre, de progresser autant dans leurs compétences cognitives que dans leurs relations avec autrui, ce qui participe à la formation de la personnalité, que l'on soit né fille ou garçon !

Faîtes confiance aux enseignants de vos enfants, ce sont des professionnels (et le plus souvent des parents également...!).

 



Ajouté le 25/01/2014 par Laurence F. - 0 réaction Pour les écoles primaires

Réagir


CAPTCHA