Une nouvelle façon d'évaluer: quand convivialité rime avec efficacité

Ils n'ont pas attendu les directives ministérielles pour avancer sur l'évaluation.
A Embrun, dans les Hautes-Alpes, l'aventure a commencé dès la rentrée 2013. C'est d'abord une classe de 6e qui a été pilote sur l'évaluation sans notes. La direction de l'établissement, avec quelques enseignants volontaires, a travaillé sur ce qui pouvait être une évaluation par compétences.
Elles ont été identifiées au nombre de 6 : Apprendre, s'informer, réaliser, communiquer, raisonner, participer.
Puis les parents d'élèves sont devenus partenaires du projet. Aujourd'hui le dispositif entame sa troisième année scolaire avec 2 niveaux concernés : 6e et 5e. Et toute la communauté éducative s'accorde à dire que c'est une réussite.
"On ne pouvait pas faire un conseil de classe comme d'habitude", et c'est là la véritable innovation à Embrun. Le conseil de classe est ouvert aux parents et les élèves sont au cœur du projet, explique avec fierté Bernard Fourny, président FCPE de la cité scolaire.
"Avant le conseil de classe, chaque élève prend connaissance de son bulletin trimestriel, et va préparer avec un enseignant le conseil. Il va analyser son bulletin et va réfléchir à ses engagements pour la suite de l'année. C'est lui qui présentera son bulletin devant les membres du conseil de classe."
Le jour J, les élèves sont reçus un à un avec leurs parents.
Une discussion s'engage alors entre l'équipe pédagogique, les parents de l'enfant et l'élève.
Et pour les parents d'élèves, cette nouvelle façon d'évaluer et l'ouverture du conseil de classe, ont apporté une véritable plus-value pédagogique.
"L'analyse des compétences de l'élève est beaucoup plus fine, l'évaluation est bienveillante, on recherche quelles sont les difficultés de l'élève et surtout on tente d'actionner les ressorts pour mieux accompagner les élèves en difficulté. Le temps d'échange entre parents et professeurs est plus long. Il est aussi plus convivial."

"On est bien au cœur de la coéducation. On rencontre toutes les familles. On voit aussi celles qui ne viennent pas, qui ont des difficultés avec le langage de l'école, c'est alors une véritable discussion qui s'engage au cours du conseil de classe. On a une meilleure connaissance de la réalité sociale et familiale des familles".
Les parents d'élèves FCPE aimeraient que toutes les classes d'un même niveau soient concernées mais si le projet fait des émules, ce n'est pas suffisant pour que tous les professeurs jouent le jeu. Le système est chronophage dans sa mise en place. Mais les résultats valent le coup.
Côté parents, le dispositif est plébiscité. Après une première année de scepticisme pour certains, les parents demandent aujourd'hui à ce que leur enfant fasse partie du dispositif. Et peu de sorties ont été demandées.


Dès lors que ce dispositif est mis en place, il implique une communication claire et régulière auprès des familles peu habitués à ce type de changement formel, mais il rend l'enfant acteur de ses réussites, conscient de ses difficultés et collaborateur pour trouver des solutions pour remédier à celles-ci.

 

Article trouvé ICI.



Ajouté le 25/10/2015 par FCPE - 0 réaction Spécial collège

Réagir


CAPTCHA