Refondons l'école de la République

Rencontre entre le ministre Vincent Peillon, le collectif des associations partenaires de l'école publique (CAPE) et la FCPE dans la continuité des consultations menées en vue de la préparation de la loi d’orientation et de programmation sur la refondation de l’École de la République.

 

Article extrait d'un expresso du "Café pédagogique".

 

Dans la querelle des rythmes scolaires, les parents se rangent aux cotés des collectivités territoriales. Comme les élus locaux, Jean-Jacques Hazan, président de la première association de parents d’élèves, demande une réforme des rythmes qui allonge le temps passé par les élèves en classe
 
"Cinq heures de classe par jour cela suffit", estime Jean-Jacques Hazan, alors que V. Peillon a proposé des journées de 5h30, dont une demi heure d’encadrement des devoirs à la maison. Et comme aucun enfant ne doit se retrouver dehors avant 16h30, il préconise d’étendre la pause méridienne à 2h30. Une solution déjà préconisée par des élus locaux puisque c’est la moins couteuse pour les collectivités locales. 
J.-J. Hazan a demandé au ministre que dès la prochaine rentrée la pause méridienne passe à 90 minutes au collège avec des journées de classe limitées à 6 heures.
"Il n’y a pas à faire classe sur le créneau horaire où tous les chronobiologistes nous disent que la vigilance est au plus bas", explique-t-il. Utiliser ce moment permettrait aussi de mieux intégrer les projets éducatifs locaux, de lier davantage le scolaire et le périscolaire, que la demi-heure de fin de journée envisagée par le ministre. "On est contre les devoirs à la maison, donc pas favorables à ce temps de préparation aux devoirs", rappelle-t-il.
 
Pour les vacances d’été, la FCPE souhaite l’extension de l’année de classe à 38 semaines. "Nous avons entamé la discussion avec les industries du tourisme et cela avance bien".
 
La formation des enseignants est un autre cheval de bataille de la Fcpe. "On veut absolument un master bâti sur le modèle des master pro", précise J.-J. Hazan. "Si le concours n’est pas en fin de L3, comme nous le souhaitons, il faut qu’il soit le plus professionnel possible."
 
La FCPE défend également la suppression du redoublement, le dernier mot donné aux parents pour l’orientation est une réforme de la notation. "On a parlé avec le ministre de l’école fondamentale, la "circonscription du socle", avec un lien fort entre école et collège. Ces propositions, Vincent Peillon les écoute. Il évoque la possibilité d’expérimentations."
 
"On espère que la plupart seront dans la loi", conclut J.-J. Hazan. La FCPE a entamé une série de rencontres avec les parlementaires pour pousser le projet de loi le plus loin possible dans le sens de ses idées.
 
 


Ajouté le 11/11/2012 par Laurence F. - 0 réaction

Réagir


CAPTCHA